🕊️ -50% CETTE SEMAINE AVEC LE CODE "PLAQUE" | 🚚 LIVRAISON EXPRESS APRÈS FABRICATION

Obsèques : les consignes à observer pendant le confinement

mars 19, 2021 5 translation missing: fr.blogs.article.read_time

La propagation de l'épidémie de Covid-19 a entraîné l'adoption de mesures de confinement à grande échelle. Dans ce cadre, l'organisation des funérailles a aussi subi de grands bouleversements en raison de la limitation des déplacements et du rassemblement des personnes. Les familles qui ont perdu un proche, que ce soit à cause de la maladie ou pas, ont dû composer avec l'impossibilité de pouvoir se réunir, communier et rendre un dernier hommage en comité au défunt.

Les funérailles demeurent autorisées pendant le confinement, toutefois, elles doivent respecter des mesures strictes. Certaines pompes funèbres ont même imaginé des solutions telles que la retransmission en direct des cérémonies funéraires pour les membres de la famille contraints de ne pouvoir y assister.

La décoration funéraire peut constituer un moyen de rendre un bel hommage aux défunts dans ce contexte. Une plaque funéraire comportant la photo et un texte inspiré par exemple, permettra de chérir leurs souvenirs pour longtemps.

La décoration funéraire : bien choisir la plaque

La décoration funéraire, et plus précisément la plaque funéraire est un moyen de rendre un dernier hommage au défunt.

À quoi sert la plaque funéraire ?

Contrairement à la pierre tombale dont l'installation est soumise au respect d'une réglementation précise, la plaque joue le rôle d'accessoire que vous pourrez apposer sur la pierre elle-même ou l'alvéole du columbarium.

Elle a pour utilité de servir à perpétuer le souvenir du défunt en comportant des éléments de personnalisation comme la photo et un texte représentatif de la personnalité de ce dernier.

La plaque funéraire permettra de différencier la tombe des autres sépultures présentes dans le cimetière.

Les critères à considérer dans le choix de la plaque funéraire

La forme et la personnalisation de la plaque funéraire dépendent de la personnalité de la personne à qui elle rend hommage. Ainsi, selon ses centres d'intérêt, son caractère et ses goûts de son vivant, il vous est possible d'opter pour un style classique ou sobre (simple plaque rectangulaire avec photo), ou pour des formes plus fantaisistes comme un livre ouvert, un papillon, un cœur, un instrument de musique, etc.

Pour des questions de durabilité et d'esthétique, il est en outre conseillé de choisir un matériau solide comme le marbre ou le granit pour la fabrication de la plaque funéraire photo. Certains fabricants de plaque funéraire utilisent aussi du chromaflym, un matériau novateur, solide et résistant obtenu avec un mélange de polyéthylène, d'aluminium et une résine Bi composante.

Il faudra également choisir un texte à graver sur la plaque à personnaliser: leitmotiv, paroles de chansons, vers d'un poème… Dans ce cadre, le fabricant doit pouvoir vous proposer plusieurs polices de caractères. Il faut faire remarquer que le texte à graver sur la plaque fait l'objet d'un contrôle des autorités communales en ce qui concerne le respect de la bienséance.

Finalement, n'hésitez pas à examiner toutes les possibilités de personnalisation de plaque funéraire proposées par le fabricant, car elles peuvent comporter des options intéressantes comme la gravure de motifs sur la plaque par exemple. Certains fabricants proposent même la gravure d'un code QR qui permet d'accéder à un site de commémoration qui peut être très pratique à l'heure actuelle où il demeure conseillé de se recueillir dans le respect des gestes barrières. C'est une option qui ne manquera pas d'intéresser les familles qui ont recours à ces sites.

Combien coûte une plaque funéraire ?

Le prix d'une plaque funéraire dépend de sa qualité. Selon que vous choisissez une plaque à personnaliser ou standard, et en fonction du matériau choisi, cet objet de décoration coûtera entre 30 et 500 euros.

Les dispositions réglementaires relatives à l'organisation des funérailles pendant le confinement

Dans le contexte de l'épidémie de covid-19, des dispositions particulières s'appliquent à l'organisation des funérailles, afin de prévenir la propagation du virus.

Ouverture des cimetières

Les cimetières sont restés ouverts depuis le début de la crise sanitaire afin de permettre l'enterrement des défunts dans la dignité. Il est donc possible d'y accéder aux heures d'ouverture habituelles, mais toujours dans le respect des consignes d'hygiènes et des gestes barrières.

Jusqu'à présent, le nombre de personnes autorisées à assister aux obsèques est limité à 30, les employés des pompes funèbres y compris. Par ailleurs, les proches ne sont pas autorisés à toucher le cercueil.

Toute visite dans un cimetière en dehors d'une cérémonie funéraire doit aussi être effectuée dans le respect du port du masque, de la distanciation de 1 mètre minimum entre les personnes et de l'hygiène des mains. Un point d'eau doit d'ailleurs être accessible au public sur les lieux, et chacun devra se munir de son propre équipement d'entretien (balayette et arrosoir), car il ne pourra plus être mis à disposition.

Les lieux de culte

Depuis le 3 décembre 2020, le nombre de participants aux cérémonies funéraires réalisées dans les lieux de culte n'est plus limité. Le seul impératif à respecter porte sur le respect de la distanciation physique : les participants doivent occuper une rangée sur 2 et laisser 2 sièges libres entre eux ou entre chaque entité familiale.

Les enfants de moins de 11 ans doivent obligatoirement porter un masque de protection.

Qu'en est-il des soins de conservation du corps et la toilette mortuaire ?

Selon les dispositions du décret paru le 22 janvier 2021, les soins de conservation ne peuvent être effectués sur un corps dont le décès est survenu moins de 10 jours après la date des premiers signes cliniques ou du test positif. Notez que pour confirmer les doutes, un médecin peut réaliser un test antigénique sur le défunt.

Pour ce qui est de la toilette mortuaire, celle-ci ne peut être pratiquée que par des professionnels de santé ou des thanatopracteurs et dans des conditions sanitaires appropriées avant la mise en bière. Les toilettes rituelles quant à elles, demeurent interdites.

La mise en bière est une procédure obligatoire en France, et ce, que le défunt soit destiné à être inhumé ou incinéré. Le couvercle du cercueil doit ensuite être muni d'une plaque informant sur son nom et son identité et le cercueil ne peut être fermé qu'à la suite de la déclaration du décès et de l'obtention du permis d'inhumer.

Actuellement, la mise en bière immédiate pour les personnes décédées des suites du covid-19 ou probablement atteintes du virus n'est plus obligatoire.

La présentation du défunt à la famille

Le décret paru au 22 janvier 2021 prévoit une disposition qui autorise désormais la famille du défunt et ses proches à le voir avant l'inhumation ou la crémation.

La présentation doit être effectuée sur le lieu où le décès est survenu, toujours dans le respect des mesures barrières prévues pour chaque lieu, et les proches doivent enfiler une tenue de protection similaire à celle du personnel funéraire. Celle-ci se compose généralement d'un masque chirurgical, de gants à usage unique, de lunettes de protection et d'un tablier anti-projection.

Le contact physique avec le corps ou le visage du défunt demeure interdit, et la mise en bière doit être effectuée avant la sortie du lieu du décès.

La crémation

La crémation n'est pas obligatoire pour les personnes décédées ou soupçonnées d'être décédées du covid-19. Elle se déroule de la même façon pour tous les défunts, à savoir qu'elle consiste à incinérer le corps avec le cercueil et ensuite à placer les cendres dans une urne.

La famille peut se recueillir dans le funérarium dans le respect des consignes sanitaires et des gestes barrières et pourra se faire remettre l'urne dans les heures ou les jours qui suivent la crémation.


social proof for website