janvier 11, 2022 6 translation missing: fr.blogs.article.read_time

Le décès est généralement suivi d’un enchevêtrement de situations plus ou moins improbable. En effet, la prononciation du décès n’est qu’une étape préliminaire à un long processus devant aboutir à la cérémonie des obsèques de la personne décédée. Ce processus est jonché de plusieurs étapes, où il faut prendre les bonnes décisions, et se mettre d’accord sur tous les petits détailles ; ce qui n’est certainement pas du tout évident. Ainsi, si le défunt n’a pas au préalable défini clairement, par des dernières volontés ou par un testament valable, les contours de ses obsèques, le risque de la survenue de quelques mésententes que ce soient, dans le processus d’organisation des obsèques n’est pas complètement à écarter.

 

Quelles sont les sources de conflit les plus récurrentes ?

Les points de divergences lors de l’organisation des obsèquespeuvent être multiples. Cependant, ils ont tous, en général, un rapport direct avec l’organisation des cérémonies funéraires et le traitement réservé au corps. Voici pour vous quelques points sur lesquels vous devez vous attendre à débattre longuement, surtout si les dernières volontés du défunt ne sont pas claires et qu’il n’a pas laissées des directives derrière lui :

Le sort à réserver au corps :

Le sort à réserver au corps est un sujet délicat sur lequel les familles ont souvent du mal à se mettre d’accord. En réalité, il appartient au défunt de signaler à sa famille, de son vivant, ce qu’il aimerait qu’il advienne de son corps, une fois qu’il sera décédé. Ainsi, il devra signifier clairement à ses proches, quels types de soins (de conservation et autres) voudra-t-il qu’il soit réservé à son cadavre, ou encore s’il fallait faire des dons d’organe ou pas. Vous comprenez donc que ces décisions sont tellement difficiles à prendre. Et même si on se base sur la personnalité du proche disparu pour statuer, on ne peut jamais être sûr à 100 % de faire exactement ce qu’il aurait voulu, si ce dernier n’a rien laissé derrière lui comme indice.

Le type de funérailles et le lieu :

L’autre difficulté est de pouvoir choisir le type de funérailles qui respecterait les aspirations du défunt. Vous avez au minimum deux choix de types de cérémonie, et de mode funéraire. D’un côté, vous devez choisir entre la crémation et l’inhumation, et d’un autre côté, vous devez choisir entre une cérémonie laïque ou religieuse.

Le choix de la pompe funèbre.

Ce n’est définitivement pas le choix le plus délicat à effectuer, cependant, il peut être une véritable source de discorde. Il faudra que toutes les personnes concernées se mettent d’accord sur le choix entre un organisme privé de pompe funèbre et un organisme public. Ce choix, qui est en apparence, simplissime, se retournera en un véritable casse-tête, une fois que chacun émettra des objections et défendra sa position, vous verrez.

Le budget alloué à l’organisation de la cérémonie.

L’organisation d’une cérémonie funéraire peut être une entreprise bien onéreuse. Ainsi, avant de s’y lancer, il convient de définir une ligne budgétaire qui conviendrait au type d’activité que l’on souhaite mener pendant les funérailles. Le vote de ce budget devra être soumis à l’appréciation de toutes les personnes concernées, surtout s’il n’y a pas de contrat d’assurance d’obsèques en vigueur. Dans ce cas précis, toute les dépenses incombent aux héritiers du défunt, qui devront se débrouiller pour trouver les fonds nécessaires à l’organisation de la cérémonie des obsèques.

 

Voilà quelques-unes des raisons de désaccord les plus récurrent, qui surviennent pendant l’organisation des obsèques. Il faut dire que de tels différends peuvent très vite entacher la cohésion qui règne dans la famille. Il est donc important de savoir comment gérer ce type de situation sans risquer de frustrer l’ego d’un membre quelconque.

Comment gérer les différends pendant l’organisation des obsèques ?

Les obsèques sont des moments de deuil psychiquement éprouvant. L’apparition de petits points de friction pendant les organisations semble donc assez normale. Le tout est de pouvoir les gérer, de manière à maintenir une certaine harmonie dans la famille. Ainsi, il est préférable que le problème se règle en interne, avec des discussions constructives. Le dernier mot sera donc laissé au conjoint ou à la conjointe du défunt (e). Si le défunt n’a pas de conjoint, ou si ce dernier n’est pas en position de prendre une décision intelligible, la décision finale sera celle du parent le plus proche.

Par ailleurs, une voie administrative peut aussi vous permettre de régler ce type de problème. En effet, la règle qui confère le dernier mot au conjoint n’est pas vraiment immuable. La famille du défunt est donc en droit de saisir les autorités compétentes, pour faire valoir leur point de vue. La démarche peut être menée par n’importe quel héritier du défunt, qui saisira un juge du tribunal d’instance de la juridiction où le décès a été prononcer. Ce dernier devra présenter les documents attestant de la concordance de ses choix, avec la volonté du défunt. Le tribunal devra statuer dans les 24 h qui suivent sa saisie. Le verdict est donné au cas par cas. Toutefois, les conjoints et conjointes sont généralement considérés comme les personnes les mieux placée pour connaître les réelles envies des défunts.

Que faire quand le désaccord persiste ?

Il est possible que la décision du tribunal ne convienne pas à tous les héritiers, et que les différends persistent même après la décision du juge. Dans ce cas, il reste possible de faire appel, et d’espérer que le tribunal revienne sur sa décision. L’appel devra toutefois être fait dans les 24 heures qui suivent le verdict à la cour d’appel, qui devra cette fois-ci statuer immédiatement.

Comment éviter les différends pendant l’organisation des obsèques ?

Les différends pendant l’organisation des obsèques ne sont définitivement pas très reluisants pour l’image de la famille. De plus, il s’agit d’une source certaine de friction. Alors, que faire pour éviter que l’organisation de ses obsèques devienne un lieu de discorde ?

En réalité, la réponse à cette question ne tient qu’à un seul concept ; « prévoir ses obsèques ».

Pourquoi faut-il prévoir ses obsèques ?

Prévoir de votre vivant l’organisation de vos obsèques sera sûrement la meilleure décision que vous aurez à prendre de votre vie. Ce processus vous permet de définir à l’avance, tous les paramètres qui seront susceptibles de poser des problèmes à vos successeurs. En préparant vos obsèques, vous serez emmené à exprimer clairement vos envies : quel type de funérailles vous souhaitez avoir, dans quel cimetière vous souhaitez être ensevelit, devra-t-on choisir la crémation ou l’inhumation comme mode funéraire… Autant de questions qui ne pèseront désormais plus sur les épaules de vos héritiers.

Comment organiser ses obsèques de son vivant ?

Organiser vos obsèques de votre vivant ne vous portera pas la poisse. Au contraire, cela vous permettra sûrement d’avoir la cérémonie mortuaire dont vous avez toujours rêvé, et de débarrasser vos héritiers d’une charge énorme, en ce qui concerne l’organisation des funérailles et de toutes les formalités qui vont avec. Quels sont les moyens qui vous sont offerts pour pouvoir organiser vos funérailles de votre vivant en toute simplicité ? En réalité, plusieurs choix s’offrent à vous, nous allons vous en donner ici quelques-uns.

Indiquer par écrit l’organisation de vos obsèques.

Il s’agit du moyen le plus simple d’organiser vos obsèques. Il vous suffit de mettre par écrit, de manière claire et sur du papier libre, vos exigences en matière de funérailles. Faites-en deux exemplaires ; vous en garderez un dans un endroit où il sera vite retrouvé au moment opportun, et vous confierez l’autre à une personne de confiance. Sachez que les héritiers sont tenus par la loi, au strict respect de vos dernières volontés, tant que vous êtes majeure, ou mineur émancipé. C’est ce que la loi de 15 novembre 1887 sur la liberté des funérailles stipule en ces termes : « Tout majeur ou mineur émancipé, en état de tester, peut régler l’ensemble de ses funérailles, notamment en ce qui concerne le caractère civil ou religieux et à leur donner le mode de sépulture. »

 

Vous pouvez donc dans vos écrits donner simplement les grandes lignes, ou au contraire allé dans les détails ; tout dépend de vous.

Le testament.

Le testament est un document qui a pour fonction première de préparer la succession du défunt. Il permet donc au défunt de désigner ses héritiers et de répondre à certaines questions d’ordre personnel, comme la garde des enfants. En l’occurrence, le testament est un excellent moyen d’organiser vos obsèques de votre vivant. Par ailleurs, un testament authentique, approuvé par un notaire, ou toute autre autorité compétente a un poids légal beaucoup plus important qu’un simple teste rédigé et signer par vos soins. C’est donc une piste assez intéressante à exploitée.

Les assurances obsèques ou contrat d’obsèques.

Les assurances obsèques ont désormais le vent en poupe. On estime à 40 %, la part de la population française qui aurait d’ores et déjà prévu l’organisation de ses obsèques ; et une grande part de cette portion de la population est liée par un contrat à une entreprise d’assurance obsèques. L’avantage de ce service, est qu’il vous permet en même temps de répondre aux soucis financiers et administratifs qu’engendreront vos obsèques. Par ce contrat, l’assureur s’engage à organiser de A à Z, vos funérailles. Ceci inclut les différentes démarches administratives.


social proof for website